Depuis sa fondation en 1994, la Compagnie Ouïe/Dire développe un travail important et original de création à entendre. Il s’agit, au travers de projets très divers, de promouvoir la qualité d’une expérience concrète de l’écoute, riche et inventive, abordée dans sa généralité, sa complexité, et sa profondeur. Il est assez fréquent que les projets se bâtissent en lien à d’autres modes d’expression (la photographie notamment), tant il est vrai qu’entendre est une expérience qu’il est fort intéressant d’explorer en relation à d’autres perceptions.
Investissant avant tout l’écoute du monde réel, par la “phonographie” (l’équivalent sonore de la photographie) Ouïe/Dire propose comme support privilégié de sa démarche la réalisation de Cartes Postales Sonores, objets phonographiques originaux cristallisant la mise en œuvre de projets de création en lien étroit à des territoires, des sites, ou des sujets donnés.
Pour autant, la Compagnie Ouïe/Dire travaille, explore, développe également d’autres processus de création liés à l’écoute. La prise en compte attentive des divers contextes de réalisation des projets induit, pour chaque nouvelle aventure, pour chaque nouvelle commande, le mode, la forme, et le contenu de création qui semblent les plus pertinents. C’est pourquoi chacun des projets est si différent des autres. A titre d’exemple : la réalisation d’une exposition photo-phonographique et la création d’un court métrage, en 2003 à Colomiers (Haute-Garonne), la conception d’un concert performance à Mhère (Morvan), en 2002, l’écriture d’un spectacle multimédia en 2007 à Neuvic (Dordogne), l’édition d’une carte postale sonore à Atlanta (USA), en 2003, la proposition d’un spectacle musical en tournée (Les Klebs, quintet d’improvisation), une édition DVD en 2006 à Albi (Tarn), l’édition d’un coffret photo-phonographique à Izmit (Turquie) en 2002, une création radiophonique à Paris (France Culture, 2000 et 2007), la création d’un concert rencontre intimiste pour la petite enfance…
Enfin, la Compagnie Ouïe/Dire est très attentive à la dimension sociale, culturelle, et pédagogique des projets qu’elle met en œuvre. L’écoute est un geste intime qui engage la personne dans sa relation à ce qui l’entoure. Un moment d’écoute partagée est aussi un geste social qui tient une place toute particulière dans la vie d’une communauté. Pour Ouïe/Dire, la prise en compte de ces questions est inséparable de l’investigation artistique. C’est pourquoi la Compagnie se montre tout aussi inventive sur les modes de relation aux auditeurs qu’elle met en œuvre, que sur la composition des œuvres elles-mêmes. Concerts de proximités, veillées haut-parlantes, installations sonores, cinéma pour l’oreille, expositions, rencontres « jeune public », concerts lectures, sont ainsi, à titre d’exemples, autant de propositions que la Compagnie met en œuvre, pour favoriser l’engagement d’une écoute authentique, concernée.
Le travail éditorial de Ouïe/Dire consiste avant tout à rendre disponibles les œuvres produites par la Compagnie, et s’attache également à la valorisation et à la diffusion d’œuvres existantes, quand celles-ci témoignent d’une démarche artistique voisine. Les objets édités par Ouïe/Dire sont des objets de création, à la forme et au contenu, élaborés à chaque fois en lien étroit à un projet
particulier.

------------------------------------------

Ouïe/Dire rassemble des artistes comme Xavier Charles (clarinette), David Chiesa (contrebasse), Isabelle Duthoit (clarinette), Kristof Guez (photographie), Isabelle Kraiser (photographie), Anne-Cécile Paredes (photographie), Jean Pallandre (phonographie), Yann Paranthoën (radio), Barre Phillips (contrebasse), Marc Pichelin (phonographie), Laurent Sassi (phonographie)