« Enfin seul est une proposition musicale qui fait le point sur les 15 ans que j’ai passé à explorer les relations entre la phonographie et le jeu en direct sur un dispositif électro-acoustique original. »

La pièce Enfin seul réunit la plupart des questions que pose Marc Pichelin dans son travail. Il affirme ici une musique qui propose à la fois une écoute de pièces phonographiques composées en tenant compte du contexte de la prise de son aussi bien que de l’aspect esthétique, et un jeu instrumental en direct.

Marc Pichelin a fouillé dans plus de quinze ans de prises de sons pour en extraire une dizaine de moments qu’il composé comme des pièces à par entière. Ces pièces ont comme point commun le voyage. Ce voyage est totalement hors chronologie et n’a pas d’unité de lieu. C’est un déplacement qui s’effectue par l’écoute. On passe du buffet de la gare désaffectée d’un petit village périgourdin à un train au départ de Bucarest pour se retrouver sur un bateau de pêcheurs norvégien. Les mouettes nous guident ensuite sur les bords de la mer de Marmara d’où l’on nage jusqu’aux flots du Mékong, desquels surgissent les grenouilles espagnoles. Dans la fin de la pièce, on revient tranquillement au pays. Une épicière nous accueille dans sa boutique, on sort avec le client et on reste à contempler un paysage urbain de la ville d’Albi.

Ce parcours phonographique est ponctué de manipulations électro-acoustiques live. Parfois le synthétiseur vient souligner en événement sonore, parfois les corps sonores perturbent l’écoute. C’est un travail proche de celui d’un peintre qui interviendrait sur une photographie pour venir révéler certains éléments et masquer certains autres. Un dispositif de spatialisation étudié pour l’occasion propose aux spectateurs de se plonger totalement dans ce bain sonore.

Quelques détails….

Composition et interprétation :
Marc Pichelin

Production :
Commande d’état, Ministère de la Culture
Production Ouïe/Dire, Groupe de Musique électro-acoustique d’Albi et Scène Nationale de Vandœuvre-les-Nancy.