Fils d’un tailleur de pierres breton, ce « tailleur de sons » a entendu la radio pour la première fois durant l’Occupation : c’était Radio Londres. D’abord radariste dans la marine, c’est un peu par « hasard » qu’il est entré à France-Culture en 1957.

En tant qu’auteur, il a produit des œuvres incontournables où s’affirme sa conception de la restitution du réel comme sculpture sonore et composition à part entière.  » La première des choses à faire passer c’est l’idée que la radio est une expression à part entière » disait-il. « Pour entrer dans cette expression, il faut y engager sa vie ».